Dans le monde, 1,3 milliard de personnes vivent avec moins d’un dollar par jour et dépendent de l’agriculture pour leurs revenus et leurs besoins alimentaires. Ils sont donc très vulnérables aux événements climatiques qui affectent et les quantités produites et les prix des matières premières agricoles.

La gestion des risques climatiques est un instrument essentiel de la lutte contre la pauvreté et une prévention efficace des crises alimentaires. Elle est d’autant plus indispensable que l’aggravation de l’ampleur et de la variabilité des phénomènes climatiques frappe en premier lieu les populations vulnérables.

Pierre Martin, rappelle les conditions qui ont permis la naissance des premières garanties contre les risques climatiques dans la France paysanne du XIXe siècle.

Anaar Kara et Sébastien Weber, expliquent l’enjeu que représentent les assurances climatiques au Sahel, à partir de leur expérience pratique de microassurance qui protège des millions de producteurs au Sénégal, au Mali, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. Ils insistent sur la faisabilité des couvertures d’assurance et expliquent que le secteur privé, en particulier l’industrie de l’assurance et de la réassurance, doit continuer à mettre en place des produits efficaces à faible risque de base et adaptés aux besoins des agriculteurs. Il est indispensable de travailler sur la tarification de ces produits, afin qu’ils répondent mieux aux capacités financières de la population cible.

Jean-Luc Perron et Pierre Casal-Ribeiro relèvent l’innovation majeure que constitue l’assurance indicielle et les défis techniques qu’elle permet de résoudre. Ils militent en faveur d’une alliance mondiale qui permettrait de développer l’assurance indicielle agricole et d’en faire un standard pour tous les producteurs de la planète. Initiative portée par le projet Insurance For Farmers, incubé à l’Institut Louis Bachelier.

Pour Tanguy Touffut l’assurance paramétrique est de plus en plus efficace grâce à la collecte massive de données et à leur analyse en temps réel. Non seulement ce type d’assurance permet de réduire les coûts d’intermédiation mais il est aussi très adapté aux populations vulnérables puisqu’il permet de réagir très vite et d’indemniser dans l’urgence. L’assurance paramétrique s’inscrit dans une révolution technologique qui mélange big data et solutions mobiles pour souscrire, gérer et indemniser des risques rapidement et en toute transparence.

Stéphane Gin montre comment se construit un indice et quelles sont les contraintes pour les sociétés d’assurance de cette forme spécifique de couverture des risques. Il rappelle les étapes de construction d’un indice en assurance agricole.

Cédric Tétard revient sur les possibilités ouvertes par l’assurance indicielle pour renouveler l’offre des assurances agricoles en France. Il insiste sur les avantages en matière de coûts et de flexibilité et sur la possibilité de travailler sur des paramètres adaptés aux différentes filières agricoles.

Pour le réassureur, comme l’explique Michal Zajac, l’assurance indicielle est adaptée aux pays en développement pour peu qu’elle puisse s’appuyer sur des corpus de données suffisants. La constitution progressive de chroniques historiques permettra de réduire les coûts et fera de l’assurance indicielle un des éléments importants des stratégies d’adaptation au réchauffement climatique.

Les producteurs agricoles sont-ils les premières personnes à protéger contre le changement climatique ? De fait, entre les prix des matières premières qui sont volatils ; les conditions de vie qui sont très difficiles ; l’âge moyen de ces producteurs qui est autour de cinquante-cinq ans ; l’absence de protection sociale, d’accès à la santé, de financement des retraites et l’impossibilité de mettre les enfants à l’école, force est de reconnaître que les paysans des pays émergents sont trop souvent les damnés de la terre. L’une des principales causes de tous ces maux est l’instabilité des revenus. Et la raison première de cette instabilité relève du risque climatique. Ainsi, développer des systèmes d’assurance climatique qui permettent d’assurer le producteur sinon sur ses revenus, au moins sur ses crédits de campagne, est une priorité à laquelle l’industrie de l’assurance sait répondre.